Les 5 avantages à louer son appartement en colocation

Il y a quelques années, la colocation ne séduisait pas encore les propriétaires et se limitait à quelques précurseurs. Le système était jugé complexe et les risques de dérives festives des occupants et des éventuelles dégradations effrayaient plus d’un propriétaire. Du côté de la demande, le constat était le même, la colocation n’avait pas le vent en poupe. Plébiscitée uniquement par des étudiants au budget serré, les autres catégories de la population semblaient la bouder.

Mais les temps ont bien changé. Ce mode de location est en constante augmentation. Ainsi, on compte aujourd’hui plus de 200 000 colocations. Les propriétaires qui ont opté pour ce mode de location n’y voient que des avantages et pour cause, ils sont très nombreux. Gain de temps, d’argent et allégement de la gestion courante en sont les maîtres mots.

1. Une vacance nulle

Un des grands points forts de l’essor de la colocation est, sans aucun doute, la quasi-disparition de la carence locative. Alors que, dans le système classique, un propriétaire met en moyenne deux mois pour trouver un nouveau locataire, la colocation réduit ce temps à peau de chagrin. Un gain d’argent non négligeable et une tranquillité d’esprit retrouvée.

2. Pas de gestion locative

Un autre avantage important de la colocation est la disparition de toutes les tâches à effectuer lors du changement de locataire. En effet, dès que la colocation est lancée, l’expérience montre que les colocataires restants gèrent eux-mêmes les visites et recrutement des nouveaux locataires.

Ainsi, le propriétaire n’a pas besoin de publier les annonces ou encore d’organiser les visites. Rassurez vous, vous aurez aussi votre mot à dire. En effet, tout nouveau colocataire doit être accepté par toutes les parties prenantes via un avenant au contrat de location.

 shutterstock_192971567

3. Louer son appartement plus cher

C’est l’un des plus grands avantages de la colocation. À surface égale, la colocation vous permet de louer votre appartement plus cher. Ainsi, en moyenne, la rentabilité locative d’une colocation grimpe de un à deux points par rapport à la location classique. Un gain non négligeable.

4. Clause de solidarité et garanties locatives renforcées

Si vous choisissez le bail unique, tous les locataires sont solidaires les uns des autres. Ainsi, chaque occupant s’engage à compenser la quote-part manquante d’un colocataire défaillant. Dans la pratique, les problèmes de non paiement de loyer sont extrêmement rares. Les occupants qui restent dans le logement prennent le plus souvent en charge la totalité du loyer en attendant l’arrivée d’un nouveau colocataire.

shutterstock_157767518

À noter, depuis la promulgation de la loi ALUR, le colocataire qui s’en va est solidaire pendant une durée de six mois maximum. Autre point important, en cas de dégradations, le propriétaire peut faire une demande de remise en état sans chercher à savoir qui est l’occupant responsable. Une tranquillité d’esprit qui limite les interlocuteurs et les imbroglios.

5. Une nouvelle sociologie de colocataires

Autrefois, la colocation semblait réservée aux étudiants qui y trouvaient un moyen efficace d’être bien placés en centre-ville, près des universités et des grandes écoles. Mais, depuis peu, on remarque l’arrivée importante de catégories sociales différentes : les cadres supérieurs et les jeunes actifs. Ils ont comme point commun d’apporter avec eux des revenus plus conséquents. Cette arrivée de nouveaux adeptes de la colocation a changé la donne en sécurisant les revenus locatifs des propriétaires.

En effet, cette nouvelle catégorie de colocataires tend à se focaliser sur le marché des grandes surfaces, où ils sont en concurrence avec les familles. Sur ce marché tendu où chaque détail compte, ils sont une cible privilégiée pour des propriétaires inquiets pour leurs biens. Dans la pratique, des cadres dynamiques détérioreront toujours moins un appartement que des familles avec enfants.

shutterstock_65509624

Alors, la colocation n’est vraiment pas pour vous ? Une fois passés les a priori et les images d’Épinal sur le sujet, ce mode de location a tout d’une bonne idée. Un contrat clair où le propriétaire est bien protégé. Des revenus augmentés, une baisse des frais de gestion locative et la fin de la vacance, le tableau est idyllique. Si vous avez de grandes surfaces à louer, réfléchissez-y à deux fois, ou peut-être est-ce déjà tout réfléchi ? À vous de jouer !

Pour aller plus loin :

 

Priscillia M

Leave A Reply